Résistance(s)

Résistant, Résistance : une définition ? 

Entrer en résistance suppose l’émergence d’une prise de conscience individuelle : le refus d’une situation jugée indigne et révoltante, et la volonté de « faire quelque chose ».

Si la notion est intemporelle, les termes de Résistance et de Résistant évoquent immédiatement la période de la seconde Guerre mondiale. Ce même phénomène surgit spontanément dans tous les pays occupés par l’Allemagne nazie et en Allemagne même.

Ce refus viscéral émerge en France avec l’effondrement militaire, politique et moral du pays : l’Occupation militaire et économique allemande en zone occupée et la liquidation de notre régime républicain par le gouvernement de Vichy qui confie les pleins pouvoirs au Maréchal Pétain au lendemain de l’armistice signé le 22 juin avec l’Allemagne.

Les prises de conscience se formèrent dans toutes les classes d’âge et tous les milieux sociaux. Mais c’est le passage du singulier à l’engagement dans l’action collective qui fonde la Résistance. Les premiers regroupements s’enracinèrent dans les réseaux de sociabilité familiaux, amicaux, professionnels, confessionnels ou politiques.

Dans l’univers souterrain de la Résistance intérieure ou sur les terrains militaires de la France Libre, des hommes et des femmes du Havre ont tour à tour inventé, créé les formes de leur Résistance et agi avec de faibles moyens. Ils ont parfois perdu des combats et souvent des vies, pour avec courage et ténacité, vaincre l’occupant nazi et son idéologie dictatoriale. Avec cette difficulté supplémentaire que fut la complicité active de la collaboration du Gouvernement de Vichy dans la répression conduite à leur encontre.

Il aura fallu quatre années, entre l’Appel du Général de Gaulle lancé le 18 juin 1940 et le programme pour l’après-guerre adopté en mars 1944 par le Conseil National de la Résistance, pour unir toutes les forces engagées dans ce combat obscur et risqué, et jeter les bases de la reconstruction démocratique de la France après la Victoire du 8 Mai 1945.

Cette partie du site vous invite à découvrir la diversité des organisations résistantes et des modes d’action engageant les Havrais, à travers les : Groupes, FTP, Mouvements, Réseaux et la  France Libre.

Ils forment tous ensemble ce que l’on a appelé « La Résistance ».

Après la guerre, la Mairie du Havre organisa un 4 septembre une commémoration avec le dépôt de gerbes dans une centaine de rues portant le nom de Résistants du Havre.

Elle édita pour cette occasion une plaquette conservée aux Archives Municipales, comportant cette mention en exergue :

« Celui qui croyait au ciel, Celui qui n’y croyait pas…, communiste, socialiste, gaulliste, patriote dans la Résistance, au prix de leur vie pour notre Liberté ».

Qui sont les Résistants du Havre ?

Selon les critères définis par le Collectif, les Résistants du Havre sont, de différentes manières, géographiquement liés au territoire du Havre :

Personnes nées ou non au Havre – ayant poursuivi leur scolarité au Havre ou domiciliées au Havre entre 1940 et 1944 – ayant œuvré dans la Résistance du Havre et de ses communes avoisinantes, ou à l’intérieur et à l’extérieur du territoire métropolitain.

La qualification de Résistant quant à elle, se fonde sur :

Les dossiers conservés par le Service Historique de Vincennes ou de Caen, les Archives départementales 76 (notamment des titulaires de la Carte du Volontaire de la Résistance)

Les archives des organisations :  les listes des membres et des agants des groupes, réseaux, mouvements, Cie FTP et des Forces Françaises Libres ainsi que des associations nationales ou locales de déportés ou internés.

Quelques chiffres pour un portrait rapide…

Ces chiffres sont évolutifs : vous accédez en temps réel aux décomptes actualisés en interrogeant le module de recherche figurant en tête de l’Annuaire.

Une ampleur insoupçonnée : le recensement opéré par le Collectif compte à ce jour (mars 2021) près de 3.600 noms de Résistants validés dont 219 femmes. 200 noms supplémentaires sont en instance d’être intégrés dans le site.

La précocité des engagements : selon les dates identifiées dans leurs parcours (cf. Chronologie), plus d’un tiers des Havrais (1.400) est entré en Résistance entre l’été 1940 et la fin de l’année 1943.

Une répression féroce et criminelle

Plus de 470 Résistants ont subi l’internement et la déportation (cf. statut DIR).

Plus de 340 ont disparu dans les camps de concentration, fusillés ou tués en mission ou au combat (cf. « Mort pour la France »)

Les zones d’action 

La ou les zones d’action des résistants du Havre sont renseignées dans les notices individuelles. A noter qu’à ce jour, la localisation précise de la zone d’action reste indéterminée pour 1300 Résistants originaires du Havre.

  • L’agglomération du Havre, ses communes limitrophes, des antennes plus lointaines

Concerne + de 2.500 Havrais résidant à Montivilliers, Harfleur, Gonfreville l’Orcher, Octeville sur Mer, Epouville, Gournay, Sainte Adresse, Bordeaux Saint Clair,…

Ainsi que des communes plus distantes du Havre comme Etretat, Turretot et Yport,.. dans lesquelles les centrales havraises de L’Heure H et du réseau Hamlet Buckmaster disposaient d’antennes .

  • Sur le territoire métropolitain (zone dite “libre” et zone occupée)

Concerne des Havrais affiliés à quelques mouvements et surtout des réseaux de la France Combattante, ayant opéré en dehors de la Seine Inférieure ainsi que des résistants recherchés ou réfractaires au Service Travail Obligatoire, dans leur obligation de de se soustraire aux poursuites de l’appareil policier allemand.

  • Sur le théâtre des opérations militaires extérieures

Concerne environ 480 membres des unités combattantes des Forces Françaises Libres présents sur les théâtres, aérien, marin et terrestre, des opérations militaires alliées (Angleterre, Afrique, Moyen-Orient, et métropolitain puis européen à partir des Débarquements de Normandie et de Provence en 1944).

 

e4Qu’entend-t-on par Statuts ?

     Constitués au lendemain de la guerre, des dossiers d’homologation individuelle comportant 5 catégories (série GR 16 P), conservés au Service Historique de la Défense à Vincennes ont permis à nombre de membres de la résistance organisée de bénéficier d’avantages (soldes, pensions) habituellement réservés aux combattants réguliers

Certains Résistants sont homologués sous plusieurs statuts.

Limites de ce champ d’application :

Un grand nombre de résistants qui auraient pu faire reconnaitre leurs services ne se sont pas faits connaître après la Guerre.

Les critères restrictifs de l’homologation (notamment de durée des services) n’ont pas permis à tous les résistants d’en bénéficier. Toutefois, le corpus de la base de données « Résistantes et résistants » du Shd contient l’ensemble des dossiers ouverts par les services, y compris ceux des individus qui, après examen, n’ont pas été homologués. Dans ce cas, il en est expressément fait mention dans les notices individuelles de l’Annuaire des Résistants du Havre. 

A noter enfin que certaines formes d’action de résistance (celle des « Helpers » par exemple) n’ont pas donné lieu à des procédures administratives débouchant sur la constitution d’un dossier individuel.

RIF : membre de la Résistance Intérieure Française, ayant appartenu à des organisations clandestines non « militaires » (mouvements, partis, syndicats). Ouvrant droit à pension militaire, l’homologation a été réservée à ceux qui ont souffert de la répression (internement, déportation, blessures, mort).

FFL : membre des Forces Françaises Libres engagé entre juin 1940 et fin juillet 1943 (unités combattantes, services administratifs et réseaux de la résistance intérieure reconnus et soutenus par les services secrets de la France Libre du BCRA).

FFC : membre des Forces Françaises Combattantes. A compter du 13 juillet 1942, cette appellation désigne les agents en métropole (P2 : à plein temps, P1 : avec une activité professionnelle, P0 : occasionnel) des réseaux de renseignement, d’action ou d’évasion liés à la France Libre ou aux Alliés.

FFI : membre des Forces Françaises de l’Intérieur : diverses formations militaires issues de la Résistance (Armée Secrète, groupes francs, Francs-Tireurs et Partisans, etc.), créées le 1er février 1944 par le CFLN (ratfié par l’ordonnance d’Alger du 9 juin 1944). Nota : Ce statut a été renseigné pour certains membres de la Cie FFI de Montivilliers ou en présence de la mention FFI, ou encore d’un numéro matricule dans les archives, même si ces résistants n’ont pas été homologués par le SHD.

DIR : Déporté Interné Résistant. Ce statut concerne les détenus des camps d’internement, des prisons et des camps de concentration en France, en Allemagne et ses territoires occupés.

Nota : Le Collectif a élargi ce champ d’application et a utilisé la mention de ce statut pour : 

– les nombreux cas de résistants déportés ou internés, à titre politique particulièrement, non recensés par le Shd ou la Davcc, dont les noms figurent dans les archives des organisations de déportés et internés. 

– les évadés internés en Espagne ou en Union Soviétique, ayant ensuite rejoint la France Libre à Londres ou en Afrique du Nord.

Les statuts officiels dans l’Annuaire

Les notices individuelles précisent si le résistant a été homologué et sous quel(s) statut(s).

Deux champs de la notice, « Shd Vincennes » et « Shd Caen », renseignent la cote du Dossier individuel accessible par demande courrier ou consultation sur place au Service Historique de la Défense de Vincennes ou à Caen.

 « Non renseigné » indique que l’association du patronyme et du prénom n’a pas été retrouvée dans les bases de données du SGA.

 « Non identifié » indique pour un patronyme donné, l’existence de plusieurs résultats entre lesquels il n’est pas possible actuellement de déterminer lequel est le bon.

A noter : L’un des champ des notices individuelles de l’Annuaire renseigne l’obtention du titre de Carte du Combattant Volontaire de la Résistance (CVR)

CVR : détenteur de la Carte du Combattant Volontaire de la Résistance. Concerne les personnes homologuées FFC, FFI, RIF à la condition que leurs services remontent à au moins 3 mois avant le 6 juin 1944 ( excluant donc les volontaires de l’été 1944, même homologués), ainsi que les déportés ou internés résistants, auxquels s’ajoutent les morts (tués après jugement ou sommairement) et les blessés victimes de la répression pour actes qualifiés de résistance. A noter que cette dénomination n’était pas attribuée automatiquement : chaque dossier était examiné par une commission départementale composée d’anciens responsables résistants, puis validé au niveau national. Les dossiers de titres CVR sont la propriété de l’ONAC-VG. Ils sont  confiés en dépôt aux Archives départementales où ils sont accessibles au public pour consultation.

Autres statuts 

ISOLE :  résistant non affilié à une organisation précise. Cette indication figure parfois dans les fiches individuelles de la base de données en ligne du SGA (Secrétariat Général pour l’Administration). Par extension, le Collectif a utilisé cette mention pour mettre en évidence des personnes ayant de leur initiative conduit des actions, notamment de propagande (tracts), ou bien sympathisantes d’organisations résistantes, et leur ayant apporté leur soutien.

HELPER : personnes ayant porté assistance (hébergement ou filières d’évasion) aux aviateurs et parachutistes alliés, polonais, français, belges, américains et du Commonwealth tombés sur le sol français (Anglais canadiens, Africains du sud, Néo-Zélandais, Australiens …). Ils ont été honorés par les pays d’origine de différentes façons et certaines de ces personnes ont reçu après la guerre un certificat officiel des Alliés en reconnaissance de cette action. Par extension, le Collectif a élargi ce statut à toute personne ayant donné asile ou favorisé l’évasion de prisonniers de guerre, de réfractaires au STO, et de résistants poursuivis par la Police française ou allemande.

JUSTE : Français ayant obtenu de l’État d’Israël le titre de Juste parmi les Nations, créé pour honorer partout en Europe « les non-Juifs qui ont risqué leur vie pour sauver les Juifs » de l’extermination dans les camps nazis.

 

Liste des différents statuts
Cliquez sur un statut pour afficher les résistants concernés

RIF |  FFL |  FFC |  FFI |  DIR |  HELPER |  JUSTE |  ISOLE

Qu’entend-t-on par Groupes ?

Les premiers actes de ce qui ne s’appelle pas encore la Résistance naissent dans la France brisée de l’été 1940. Ils trouvent leur origine dans le sursaut de quelques consciences qui refusent d’accepter la défaite et qui réussissent, plus rapidement que d’autres à réagir. Pour ces précurseurs qui agissent de manière individuelle et isolée, il s’agit avant tout de « faire quelque chose ».

Pour beaucoup – les anciens combattants de la Grande Guerre notamment, c’est une réaction patriotique. Mais aussi un mélange d’écœurement et de honte devant la débâcle, le refus et le désir de lutter contre l’occupant. Ces réactions vont progressivement montrer leur vrai visage, celui d’un refus idéologique, la défense d’une vision des valeurs démocratiques ou chrétiennes et surtout le rejet de l’envahisseur allemand.

Certains Groupes du Havre sont connus sous le nom de leur créateur ou initiateur comme par exemple Gérard Morpain. C’est aussi souvent une « affaire de famille » qui réunit les parents et leurs enfants comme dans le Mouvement de Résistance Générale-Morpain, ainsi que des fratries pour le Vagabond Bien Aimé, et très souvent des cercles de connaissances à caractère professionnel,  amical, ou d’associatif.

Gérard Morpain – Archives Municipales

Ils bénéficient de l’appui matériel et de la solidarité active de quelques sympathisants issu du monde de l’entreprise

Les organisations des groupes pionniers – Morpain, Le Vagabond Bien Aimé, sont particulièrement structurées et cloisonnées pour limiter le risque de démantèlement en cas d’arrestations.

Leurs champs d’action sont diversifiés, à l’exclusion de l’action directe (attentats contre les Allemands), ce qui les distingue de la Résistance communiste (Organisation spéciale (OS), et FTP).

Certains font de la propagande une spécificité (diffusion de tracts et de journaux : Le Patriote du Vagabond Bien Aimé, le journal L’Heure H dont l’organisation a succédé au Groupe Morpain).

La majorité d’entre eux pratique le renseignement et conduit des actions de sabotage des installations portuaires, la fabrication de faux-papiers, la cache des réfractaires au STO ou des Aviateurs alliés tombés dans le secteur du Havre (Groupe Morpain, Vagabond Bien Aimé).

Le Groupe Morpain en particulier se prépare dès 1940 à la confrontation finale avec l’occupant, par la récupération, le stockage d’armes et la formation de groupes paramilitaires.

Les effectifs de ces groupes sont variables : modestes au départ, ils grossiront progressivement entre 1942 et 1943. Le Vagabond Bien Aimé  de

Jean Langlois et Svetisav Tsiritch compte environ 70 membres. Le Groupe Morpain (une soixantaine de participants) devient l’Heure H en 1942. Il comptera en 1944, environ 340 membres.

Svetisav Tsiritch, Vagabond Bien Aimé

Des rapprochements se font jour : le groupe Hervé-Lagache, créé par Maurice Hervé et Louis Lagache (69 hommes, ) et celui de Jules Lefebvre s’affilient à L’Heure H . Le groupe Henri Choquet (une douzaine d’agents sur le Havre) devient en 1941 antenne et réseau de renseignement du Mouvement Libération Nord, rejoint par le groupe de combat formé par Emile Schild (une dizaine de membres).

Henri Choquet. Crédit Olivier Pringard

La liaison avec un réseau de renseignement concernera l’Heure H à travers le réseau Hamlet Buckmaster.  Le groupe formé par Jean Andréani (60 hommes environ) s’affilie au mouvement Libération Nord puis au réseau de la France Libre Saint Jacques. Celui de Henri Choquet fera de même en rejoignant le réseau Cohors Asturies.

Jean Andréani – Shd

Comme le souligne Claude Malon, « le Havre n’était pas vraiment la ville idéale pour développer des réseaux de résistance. Difficile de se noyer dans la masse … le pétainisme y était pesant ».

Les Groupes ou leurs chefs (Gérard Morpain et plusieurs dizaines des membres de son groupe en 1941, Sabin Sappey de Mirebel ou Claude de Beaumont (U55), seront mis à l’épreuve de la dénonciation et de la répression : fuite du Havre, internement, déportation, exécutions…

Sabin Sappey de Mirebel – Archives Municipales

Survivre jusqu’à la Libération du Havre

Pour autant, tous ces groupes survivront aux arrestations et viendront grossir les rangs des Forces Françaises de l’Intérieur – FFI, pour participer aux combats de la Libération du Havre en septembre 1944.

Un exemple de cette continuité entre 1940 et 1944, celui du Groupe Morpain, est proposé à travers l’historique de sa filiation.

Le groupe U55 de Claude de Beaumont et celui de Jean Robinet constitueront le groupe France Avant Tout, regroupant plusieurs centaines d’hommes (entre 500 et 700), prêts à combattre au sein des Compagnies FFI de Montivilliers et du Havre.

Jean Robinet – Archives Municipales

Des membres de l’Heure H et de nouveaux volontaires s’insèreront dans cette organisation. Le Groupe Sappey de son côté mobilisera une centaine d’hommes.

A leurs côtés, toutes les sections de la 2ème Cie des FTP de Seine Inférieure participeront également activement à la Libération du Havre et de son agglomération.

Après la Libération du Havre, de très nombreux membres de ces groupes s’engagèrent immédiatement dans la campagne contre l’Allemagne au sein du 7e Bataillon de Normandie.

Les autres groupes et maquis figurant dans la liste de l’Annuaire font référence à des Havrais ayant rejoint la Résistance dans d’autres régions du territoire métropolitain.

La majorité des résistants de ces groupes ont été homologués au SHD de Vincennes avec le statut de FFI. Un petit nombre de ces membres, affiliés à des réseaux de résistance, ont également, selon le cas, obtenu le statut de FFC et ou de FFL.

 

Liste des différents groupes
Cliquez sur un groupe pour afficher les resistants ayant appartenu au groupe concerné

Choquet |  Corps franc Pommies |  France Avant Tout |  GL 42 |  GRG-Morpain |  Hervé-Lagache |  Jean |  Libération (Eure) |  Maquis d’Achères-la-Forêt |  Maquis de Beuzeville |  Maquis de Maurienne |  Maquis de Tréminis |  Maquis du Haut Jura |  Maquis Surcouf |  Maquis Ventoux |  Sappey |  Schild |  U55 |  Vagabond Bien Aimé

Qu’entend-t-on par FTP ?

Le Parti communiste était interdit en Seine Inférieure depuis la signature du pacte germano-soviétique en septembre 1939, alliance qui fut perçue en France comme une trahison de la part de l’Union Soviétique. Une vague d’arrestations menées par la Police française, dont bien des militants Havrais furent victimes, ne réussit cependant pas à briser les structures du PC.

Au Havre, l’Organisation Spéciale fut à l’origine de la création des FTPF (Francs-Tireurs et Partisans Français), appelés communément FTP.

Création de l’Organisation Spéciale (OS) au Havre

C’est au printemps 1941 que se constitue l’Organisation Spéciale (OS) du Parti communiste, une structure militaire formée de groupes de combat.

André Pican, militant syndicaliste et secrétaire du PC en Seine Inférieure, confie alors à André Duroméa et à Gustave Avisse la mission de constituer trois groupes de trois hommes afin d’attaquer « l’ennemi » qui, tout au moins au départ, ciblait la Police française et les militants des partis proches de Vichy.

André Duroméa

Le premier groupe, sous le commandement d’André Duroméa est composé d’Ernest Derrien, Lucien Berranger et Louis Richard. Celui de Gustave Avisse comprend Joseph Madec et Léon Lioust. Le troisième, commandé par Fernand Chatel, comprend Roger Guerrier et André Nigaud.

Ils entrent en action le 17 avril 1941 lorsque le groupe Avisse sectionne des câbles reliant l’état-major allemand du Havre au grand quartier général de Paris. Très rapidement, Joseph Madec et Léon Lioust, membres de ce groupe sont arrêtés et exécutés.

L’attaque allemande du 22 juin 1941 contre l’URSS va libérer les communistes havrais de ce pacte contre nature qui allait contre leurs opinions et rend plus claire la situation du PC face à la masse de ses sympathisants et de ses membres.

De l’OS au Détachement FTPF

Les attaques de l’OS débutèrent en septembre 1941 et l’organisation change de sigle pour devenir les FTPF (Francs-Tireurs et Partisans Français).

Un Détachement de trois groupes comportant une trentaine d’hommes est constitué sous le commandement d’André Duroméa. Ces groupes sont commandés par Gustave Avisse, Fernand Chatel et Ernest Derrien.

Fernand Chatel

Le 15 novembre, le groupe Avisse (ou Chatel selon les sources) attaque à la grenade un détachement allemand devant la brasserie Paillette et en décembre une bombe artisanale fabriquée par le père d’André Duroméa explose devant la librairie allemande, rue de Paris.

De nombreuses autres actions furent conduites en 1941, ayant surtout pour but de dérober des armes aux soldats allemands, armes qui faisaient totalement défaut aux FTP.

Au mois d’octobre, une grande rafle de militants communistes et syndicalistes CGT fut organisée et la police française arrêta plus de 200 personnes qui devinrent des otages.

Offensive et répression des FTP en 1942

L’action directe des communistes havrais en 1942 débute le 8 février par la nouvelle attaque d’une colonne allemande, rue de Paris. Ces attentats et sabotages vont se multiplier tout au long de l’année : attaque de bar et de brasserie fréquentés par les Allemands, déraillement de train de matériel et déboulonnage de rails auquel prêtent conseil et main-forte les cheminots du Havre. Le 27 juin le commandant du Port est tué et en aout, c’est le chef de la Légion des Volontaires français (LVF) qui échappe à un attentat.

Un nouveau groupe appelé “Léon Lioust” (du nom du jeune ouvrier métallurgiste fusillé le 18 mai 1941), est créé, dirigé par le jeune instituteur Michel Muzard, socialiste ayant adhéré au Parti communiste après Munich, avec André Duroméa et Jean Hascoët.

Le 23 février 1942, le groupe lance un engin explosif contre une colonne en route de la marine de guerre allemande, place de l’Arsenal : deux marins sont tués.

Cet attentat a des conséquences dramatiques.

Le Generallieutenant Von der Lippe fait publier un avis menaçant de fusiller « trente otages juifs et communistes, si avant 12 jours (le 6 mars 1942 à midi) le coupable n’a pas été retrouvé. Pour éviter cette sanction, la population est invitée à coopérer de toutes ses forces à la recherche et à l’arrestation du coupable ».  Le 5 avril le Journal de Rouen publie un deuxième avis de Von der Lippe annonçant que « malgré ma demande, les auteurs de cette attaque si lâche sont restés inconnus (…) comme je l’ai menacé l’autre jour, la fusillade a été exécutée aujourd’hui le 31 mars 1942 ».  20 otages juifs et communistes internés à Compiègne ont été ainsi fusillés.

Au Havre, les Allemands raflent au jugé des hommes dans les cafés place de l’Arsenal et l’opération se poursuit le lendemain au Pont de La Barre ; en direction des milieux communistes et syndicalistes.

Le 6 juillet 1942, plusieurs dizaines de communistes havrais et quelques juifs sont déportés dans le convoi de Compiègne à Auschwitz qui sera connu sous le nom de « convoi des 45 000 » (série de numéros d’immatriculation au camp) qui comportera 1.100 membres du PC et de la CGT et 50 juifs.

André Duroméa, Gustave Avisse et Fernand Chatel, traqués par la Gestapo quittent le Havre au mois d’août.

Le jeune Jean Hascoët prend alors la relève à la tête du Détachement composé à cette époque de quatre groupes de combat forts d’une quarantaine d’hommes. Leurs chefs sont Ernest Derrien, Marcel Toulouzan, Jean Le Brozec et Maurice Coquet. Une section de réserve est constituée, commandée par Charles Domurado.

L’effectif passe à 70 hommes au cours de l’été. Leur recrutement se fait directement sur les lieux de travail.

1943, vers la création de la 2e Cie FTP de Seine Inférieure au Havre

Après une interruption des opérations entre octobre 1942 et février 1943, les actions reprennent : sectionnement de câbles de mise à feu de mines à la Hève, sabotage des quais et des voûtes de la base des vedettes lance-torpilles, attaque et incendie d’un cantonnement allemand à Harfleur, incendie de 80 tonnes de fourrage à Etainhus.

Au mois de mars, Jean Hascoët est arrêté et est fusillé le 23 mai suivant, Jean Le Brozec prend la tête du Détachement, renforcé d’une seconde section de réserve commandée par Fernand Boulanger.

Mais l’été 1943 sera sanglant pour les communistes havrais : Jean Le Brozec est abattu lors d’une attaque montée contre les chefs de la Gestapo du Havre. Ernest Derrien qui le remplace et veut le venger en montant une nouvelle attaque contre la Gestapo, est abattu à son tour.

Le 1er septembre 1943 est créée la Compagnie FTP du Havre, commandée par Bernard Catel. Elle prend le nom de 2e Cie FTP de Normandie, la 1ere étant basée à Rouen. 11 compagnies verront le jour dans le département.

Les deux détachements de combat de 64 hommes sont commandés par Marcel Toulouzan et Marcel Larriven et la Cie comporte deux sections de réserve.

Chaque jour du mois d’octobre se produit le sabotage d’une pompe à béton à la base de vedettes lance-torpilles du Havre.

Le 15 octobre 1943, Marcel Toulouzan, à la tête d’un commando, sabote et met hors d’usage un sous-marin allemand aux chantiers Augustin Normand.

Le 13 novembre, il participe en tant que chef de groupe au grenadage du cinéma Select du Havre, réservé à l’occupant avec Alphonse Moyon, Roland Phillippe, Maurice Coquet et Jean Delaunay.

Le 31 décembre, Marcel Toulouzan est arrêté avec deux autres FTP. Ils sont fusillés le 4 février 1944.

Marcel Toulouzan

1944, Les FTP dans la Libération du Havre

Une nouvelle organisation de la Cie FTP eut lieu le 15 janvier 1944 suite à de nombreuses arrestations et mutations. Le commandement passe à Henri Roblin, avec pour adjoints Marcel Larriven et Pierre Naze. La Compagnie comprend deux Détachements et trois sections de réserve.

De nombreux sabotages se déroulèrent aux mois de février et mars : hélice de remorqueur, canon de l’Orphelinat à Bléville, dépôt de munitions, dragues et chaland,…

A l’approche de la Libération du Havre, les armes font toujours défaut aux membres des FTP et le fait est avéré qu’ils ne furent jamais bénéficiaires des armes parachutées par les alliés.

Cependant, entre juin et aout 1944, des rapprochements se firent jour entre les FTP et d’autres groupes de résistants.

Pierre Naze

Pierre Naze, par exemple, ancien de L’Heure H en 1942, qui avait rejoint la 2e Cie de FTP du Havre en septembre 1943 et qui s’inscrivit la même année au Parti communiste. Le 14 juin 1944, il prit livraison du stock d’armement constitué et caché dans un caveau en 1941 par Aldric Crevel (Groupe Morpain) et qui avait été ramené à Montivilliers le 4 juin par son fils Jacques Crevel. Le lot de munitions et explosifs, qui pesait entre 40 et 60 kilos, était composé de cheddite, détonateurs électriques, plaquettes incendiaires et cartouches. Le matériel a été transporté en plein jour chez Marcel Paris, chef local du groupe Libération Nord, qui l’avait conservé à son domicile à Montivilliers, jusqu’au 14, date à laquelle Pierre Naze est venu en prendre livraison pour le rentrer avec Olive Naze en bicyclette, de Montivilliers au camp retranché du Havre. Henri Roblin vint récupérer le matériel qui fut transporté ensuite chez Emile Mutel à Sanvic.

Au 15 juin 1944, la Compagnie passe sous les ordres de Marcel Larriven, avec pour adjoints Pierre Naze et Emile Mutel. La compagnie est composée de cinq sections et les deux sections de réserve disparaissent pour ne laisser place qu’à des éléments de combat. Chaque section est divisée en quatre groupes comportant entre 7 et 10 hommes. L’effectif est de 170 hommes et les enrôlements se poursuivent.

Pour la première fois apparait dans l’organigramme de la Compagnie au sein de la 1ère section, un groupe (le 5e), entièrement composé de femmes, neuf au total, commandé par Jeanne Tranchard.

Le 15 aout 1944, Marcel Larriven venant d’être arrêté deux jours plus tôt, Pierre Naze devient chef de secteur. La Compagnie est alors divisée en deux : celle du Havre, la 1ère, est sous les ordres de Maurice Moyon avec 6 groupes et 257 hommes. La seconde, celle de Montivilliers, commandée par Fernand Bellenger (57 hommes, cinq groupes) opère avec les hommes du groupe U55 de Claude de Beaumont.

Les FTP se joignent ainsi spontanément à U55 du fait du manque de liaison avec l’état-major FFI du Havre (Lecomte et Loisel).

L’Ordre de Bataille du secteur FTP du Havre rappelle l’engagement dans les combats de la Libération de la 1ère section de Louis Violas, notamment ceux du 2ème groupe de Jeanne Lejeune et du 4e groupe de Louis Gonidec. Mais également, les actions de la 2ème section de Marcel Gagnant, et de la 3ème section de Auguste Lepiller à Sainte Adresse.

Morts pour la France : 19 membres des FTP du Havre ont été tués ou fusillés et 16 sont morts en déportation.

 

Bibliographie

La Résistance au Havre de 1940 à septembre 1944. Rodrigue Serrano, mémoire de Maitrise, Université de Rouen,1999.

Ordre de bataille du secteur FTP du Havre 41-44. Anacr.

Les Visages des martyrs, IHS 76 -UL CGT Le Havre, 2015.

Les communistes au Havre. marie-Paule Dhaille-Hervieu, PURH, 2010.

 

Cliquez ici pour découvrir la liste des FTP referencés

Qu’entend-t-on par Mouvement ?

Les mouvements sont un des deux types d’organisations nouvelles surgies en 1940-41, avec les réseaux de renseignement, d’évasion et de sabotage créés par la France Libre et les Britanniques. Ils sont créés à l’origine sans appui extérieur (contrairement aux réseaux), et, dépassant la spécialisation paramilitaire des réseaux, ils incarnent la volonté qu’ont les résistants de changer par tous les moyens possibles l’état d’esprit et les comportements de la population sous l’occupation et sous Vichy. Ils sont une sorte de relève improvisée face au silence des forces organisées (partis, syndicats, Églises,) paralysées par l’armistice et par leur caution donnée à la transition entre la IIIe République et Vichy.

À l’origine, ils se constituent souvent en privilégiant une ou deux filières de recrutement, à la fois sociologique et politique, liées à l’origine des individus des premiers noyaux et à l’interdiction des partis et syndicats d’avant-guerre dont nombre de militants se retrouvent livrés à eux-mêmes.

L’occupation suscite en zone Nord des noyaux nombreux dès 1940, stimulés par la diversité des actions possibles : feuille clandestine (Pantagruel, Libre France, Libération-Nord, Valmy à Pari s; En captivité à Nantes, L’homme libre à Roubaix, etc.), aide à l’évasion de prisonniers de guerre ou collecte de renseignements (Armée des Volontaires, Ceux de la Libération, Organisation Civile et Militaire, et bien d’autres). Elle suscite aussi la volonté d’une coordination, tentée par le groupe du musée de l’Homme. Mais la répression frappe très tôt, démantelant la plupart de ces premiers groupes ou les obligeant à une recomposition. D’où des vagues successives : Valmy renaît en 1942 dans Résistance, Ceux de la Résistance est issu d’une antenne de Combat en zone Nord, etc. Les groupes qui réussissent à durer ont tendance à polariser leurs activités, privilégiant soit un journal (Libération-nord, Défense de la France) soit l’action paramilitaire (OCM, CDLR, CDLL).

Après l’occupation de la zone Sud en novembre 1942 et la perspective, dès 1943, de la libération par un débarquement allié, tous les grands mouvements en viennent à cumuler lutte armée et propagande ou revues de réflexion sur l’après-guerre. L’action paramilitaire est subdivisée en groupes francs utilisés pour l’action immédiate en ville, maquis et armée secrète de « réservistes » pour le Jour J. Ils développent aussi de nouveaux services pour s’adapter aux attentes de la population et à leurs besoins internes : faux papiers, (en réponse au STO notamment) service social, noyautage des administrations publiques

Les deux principaux mouvements présents au Havre ont été Libé Nord et le Front National.

Libé-Nord

Christian Pineau et Robert Lacoste signent le 15 novembre 1940 avec dix syndicalistes cégétistes et chrétiens le « manifeste des douze », en réaction à l’interdiction des centrales syndicales, patronales et ouvrières par le gouvernement de Vichy. A la suite de ce manifeste paraîtra le 1er décembre 1940 le premier numéro du journal Libération-Nord, hebdomadaire qui marquera le point de départ d’un mouvement qui deviendra le plus important de la zone Nord occupée. Le journal paraitra jusqu’en août 1944.

Libération-Nord – plus communément dénommé Libé Nord -, rassembla des résistants, hommes et femmes, socialistes ou apolitiques, syndicalistes, chrétiens ou non, fonctionnaires, de l’ouvrier aux personnalités connues. Par ses origines et son recrutement, il va privilégier le développement du syndicalisme clandestin et la contre-propagande à l’égard de l’occupant et du régime pétainiste.

A la suite du départ de Christian Pineau à Londres en février 1942, ce dernier obtiendra la reconnaissance du mouvement par le Général de Gaulle. Sur ordre de ce dernier, Libération-Nord étend son champ d’action au renseignement politique et militaire avec la mise sur pied des réseaux Phalanx et Cohors, dirigés respectivement par Christian Pineau et Jean Cavaillès.

A cette époque, l’action armée devient prédominante et les membres de Libération-Nord seront engagés dans de nombreuses actions de sabotages, dans toute la zone Nord de la France occupée, en particulier en région parisienne et dans la zone P4 (Nièvre, Yonne, Aube). Libération-Nord prendra une part active à la libération de Paris.

Le mouvement sera membre du Conseil de la Résistance crée par Jean Moulin en mai 1943 (CNR), et sera représenté par 7 de ses membres sur les 40 représentants des mouvements de résistance à l’Assemblée Consultative Provisoire. Son fondateur Christian Pineau sera l’un des principaux acteurs de la réunification franco-allemande.

En Seine-Inférieure, Libé-Nord fut dirigé par Raoul Leprettre, G. Brutelle, J. Capdeville, Tony Larue (ancien Maire de Grand-Quevilly destitué par Vichy en 1941), Henri (ancien Maire de Darnetal) et Suzanne Savale, son épouse, Césaire Levillain, Corroy et Legout.

Libé Nord se développe au Havre par l’intermédiaire de contacts entre l’un de ses responsables en Seine Inférieure, Césaire Levillain et son ami Henri Choquet avec qui il travaille à la confection de faux papiers et la cache d’activistes.

Début 1941, Henri Choquet fonde au Havre un Groupe qui porte son nom et qui devient l’antenne havraise et le réseau de renseignement du Mouvement Libération Nord

Il recruta une douzaine d’agents qui se spécialisèrent au Havre et sur la côte jusqu’à Dieppe dans l’observation des mouvements des navires et des troupes allemandes.

Chaque fin de semaine, Henri Choquet remettait les informations recueillies par son Groupe à César Levillain. En octobre 1942, il rejoignit le réseau de renseignement Cohors. Libé Nord a compté une centaine de Havrais.

Le Front National est un mouvement de résistance lancé par le Parti communiste français sous la forme d’un manifeste daté du 27 mai 1941 : « Pour la formation d’un Front national de l’indépendance de la France ».

Jusqu’à l’automne 1942, plutôt qu’une organisation, il s’agit d’un rassemblement de comités locaux, surtout urbains, prenant différents visages (sympathisants communistes, partisans du Front populaire, ententes socioprofessionnelles, anciens militants de partis de droite…) et fixant leurs objectifs de lutte en fonction de leur région et de leur identité catégorielle.

Puis deux comités directeurs se mettent en place en février-mars 1943 à Paris (président : Frédéric Joliot-Curie) et Lyon (Georges Bidault), avec des représentants de mouvements de résistance, de partis d’avant-guerre, de syndicats, de religions. Pierre Villon représente le Front national à la séance inaugurale du Conseil national de la Résistance le 27 mai 1943.

L’été 1943 un encadrement des comités locaux se met en place – ainsi le Front national universitaire ou FNU et le Comité national des écrivains ou CNE regroupent les comités d’intellectuels, un Front patriotique de la jeunesse et une Union des femmes françaises. En octobre 1943, le FN abandonne son ambition de rassembler toute la Résistance.

Fin 1943-début 1944, il affirme son autorité sur les FTP. Grâce à Pierre Villon, il prend une part décisive à la rédaction du programme du Conseil national de la Résistance adopté le 15 mai 1944. Le Front National a compté plus de 80 Havrais dans ses rangs.

Rappelons aussi l’Organisation Spéciale (communiste), présentée dans l’historique des FTP (14 havrais) et Ceux de la Libération (CDLL) : une dizaine de Havrais.

Ceux de la Libération (CDLL) fut l’un des grands mouvements de la Résistance intérieure française en zone occupée pendant la Seconde Guerre mondiale et l’un des huit grands réseaux de résistance membres du Conseil national de la Résistance (CNR) en 1943. Ce mouvement recruta essentiellement parmi les officiers de réserve, les ingénieurs et les industriels. Ses spécialités furent la propagande, le renseignement, l’action (parachutages, dépôts d’armes, et prise en charge de pilotes alliés abattus).

 

Liste des différents mouvements
Cliquez sur un mouvement pour afficher les resistants ayant appartenu au mouvement concerné
CDLL |  CDLR |  COMBAT |  DEFENSE DE LA FRANCE |  FRONT D’INDEPENDANCE BELGE |  FRONT NATIONAL |  LIBE NORD |  MRPGD |  MUR |  ORA |  OS |  OCM |  RESISTANCE

Qu’entend-t-on par Réseaux ?

L’Angleterre, à travers le Special Operations Executive (SOE) et l’lntelligence service (MI 6 renseignements et MI 9 évasions), les services secrets de la France Libre à travers le Bureau de Renseignement et d’Action (BCRA) à Londres, ont, dès 1940, cherché à créer des réseaux de Renseignement en métropole.

Ils ne commenceront à fonctionner véritablement qu’en 1941. Des réseaux d’évasion et de renseignements de la résistance des pays envahis seront actifs dans la région : Zero-France mise en place par la sureté Belge en 1942 et F2 dépendant du 2eme bureau de l’Etat-major polonais réfugié à Londres en 1940.

Leurs agents sont parachutés ou déposés par vedettes sur les côtes du territoire occupé et en zone « libre », afin de nouer des contacts avec la résistance locale.

Les missions de ces réseaux étaient de trois ordres : le Renseignement économique, politique et militaire, l’Action politique et militaire et l’Evasion : au départ, l’exfiltration d’aviateurs tombés sur le sol français et, à partir de 1942, le soutien aux résistants ou aux requis du STO en fuite.

La zone portuaire du Havre, ses installations, les mouvements de troupe, ainsi que la défense allemande le long du littoral de la Seine Maritime et plus tard l’implantation des armes nouvelles (V1 et V2), intéressent tout particulièrement les services secrets britanniques et français, mais aussi belges (réseau d’évasion et de renseignement Zéro France).

A mesure que la Résistance monte en puissance, les missions de Renseignement et d’Action des Réseaux se renforcent dans la perspective d’un prochain Débarquement allié :  sabotages, recrutement et formation de groupes paramilitaires, parachutage d’armes,… qui se multiplieront après le Débarquement de Normandie.

Nota : Les Réseaux de la France Libre et de la France combattante ont fait après- guerre l’objet d’une reconnaissance officielle (cf : Les Réseaux de Résistance de la France combattante, dictionnaire historique, préface d’Olivier Wieviorka, SHD, éditions Economica, 2013).

Principaux réseaux actifs dans la zone du Havre

Les Havrais ont été affiliés à près de 90 réseaux différents. Cette multiplicité résulte de la mobilité des Havrais durant la période de l’occupation, de leurs zones d’action différenciées, et du foisonnement des réseaux sur l’ensemble du territoire métropolitain.

Dans la zone du Havre proprement dite, quatre réseaux d’importance concentrent un nombre important d’effectifs :

Hamlet Buckmaster (SOE britannique)

Bien des groupes pionniers de la Résistance, tel le Mouvement de Résistance Générale de Gérard Morpain, ont eu pour objectif de nouer le contact radio avec « Londres ». Dès 1940, le Groupe opère du renseignement et constitue des dépôts de récupération d’armes dans la perspective d’une prochaine Libération du territoire. C’est L’Heure H, qui , sous la co-direction de Henri Chandelier et Roger Mayer, prend en janvier 1942 le relais du Groupe Morpain décimé par les arrestations de juin 1941. Il verra se concrétiser en 1943 sa liaison avec Philippe Liewer et le réseau britannique Hamlet Buckmaster dont il devient la tête de pont agissante dans la région du Havre.

 Collection David Fouache

L’histoire extraordinaire de cette filiation, la capacité de l’Heure H  (340 membres) à avoir réuni des groupes de résistance locaux (tels le groupe Lagache-Hervé et le groupe de Jules Lefebvre), le placent avec Hamlet Buckmaster (270 membres) en tête des réseaux du Havre.

Découvrir l’historique de ce réseau 

Saint-Jacques (France Libre)

Créé en 1940 par le lieutenant-colonel Maurice Duclos qui débarque en France le 4 aout 1940 pour constituer des réseaux de renseignements, le réseau Saint Jacques dépendait du BCRA (services secrets de la France Libre à Londres). Sa mission principale fut la recherche de renseignement d’ordre militaire, politique et économique et accessoirement la préparation militaire à l’action, notamment à travers le sous-réseau Nardan. Sa centrale était basée à Paris et ses principaux sous-réseaux en région parisienne, le Nord, Le Havre (sous-réseau Nardan) et la région côtière, Rouen et la Seine Inférieure. Saint Jacques compta plus de 70 Havrais dans ses rangs, notamment les membres du Groupe Jean, formé par Jean Andréani , qui fut affilié au sous-réseau Nardan. En février1942, lors du raid britannique sur le radar de Saint Jouin de Bruneval, Jean Andréani, William de Beaugrand, Roger Brière et Roland Prestinost recueilllirent 8 soldats britanniques.

Marathon (France Libre)

Le réseau Marathon eut pour vocation de collecter des renseignements d’ordre économique et militaire transmis au BCRA, le service de renseignement de la France Libre à Londres. Le sous-réseau Narbonne qui lui était rattaché, implanté dans la capitale et en Seine Inférieure, avait pour responsable Marcel Serre (basé à Paris) et Marcel Legallais, au Havre. Marathon compta près d’une quarantaine de Havrais dans ses rangs.

Marcel Legallais

CND Castille (France Libre)

Créé par Gilbert Renault, alias « colonel Rémy » en septembre 1940, Confrérie Notre Dame fut l’un des tout premiers réseaux de renseignement des services secrets de la France Libre. Le réseau s’implante d’abord dans la France de l’Ouest (Nantes) et recrute des informateurs de qualité dans les ports de l’Atlantique (Bordeaux, Brest, Le Havre) avant de couvrir toute la zone occupée. Ses missions portent sur le recueil de renseignement de tous ordres et sur le Mur de l’Atlantique en particulier. Il prend le nom de Confrérie Notre Dame de Castille en novembre 1943. Une trentaine de Havrais a fait partie de ce réseau. Sous la direction de Roger Dumont, et avec Charles Chauveau il joua un rôle important de Renseignement dans la préparation du raid allié effectué en 1941 sur le radar de Saint Jouin Bruneval près du Havre.

Roger Dumont – Ordre de la Libération

Claude Thierry-Mieg épouse Adida, agent P2 de l’Agence du Havre recruta plusieurs membres du réseau CND Castille.

D’autres réseaux présentant des effectifs moins nombreux ont opéré dans la zone du Havre : Béarn, Centurie, Famille Martin, Marco Polo et Samson.

La majorité des membres des réseaux a été homologué FFC et/ou FFL selon le cas.

Liste des différents réseaux 
Cliquez sur un réseau pour afficher les resistants ayant appartenu au reseau concerné

 ACTION A |  ACTION D |  ACTION P |  ACTION PLAN TORTUE |  ACTION R1 |  ACTION R2 |  ACTION R3 |  ACTION R4 |  ACTION R6 |  Agent du BCRA |  AGIR |  AJAX |  ALEXANDRE |  ALI France |  ALI TIR |  ALLIANCE |  ALPHONSE BUCKMASTER |  ANTOINE BUCKMASTER |  ARC EN CIEL |  ARMAND BUCKMASTER |  AS – ARMEE SECRETE |  ANDALOUSIE |  BASE ESPAGNE |  BATAILLONS DE LA MORT |  BEARN |  BERTRAND (OSS) |  BERYL |  BJERRING |  BORDEAUX LOUPIAC |  BRUTUS |  CDM |  CENTURIE |  CHARETTE |  CND CASTILLE |  COHORS ASTURIES |  COMETE |  COTRE |  DARIUS |  DUBOULOZ |  EIF |  ELEUTHERE |  EMERAUDE |  EUGENE BUCKMASTER |  F2 |  FAMILLE MARTIN |  FRANCOISE |  GALLIA |  GOELETTE |  HAMLET BUCKMASTER |  HUNTER |  JADE AMICOL |  JADE FITZROY |  JEAN MARIE BUCKMASTER |  JONQUE |  JOHNNY |  KASANGA |  KUMMEL |  L’HEURE H |  MANIPULE |  MARATHON |  MARC FRANCE |  MARCO POLO |  MARTIAL |  MISSION LEENAERT |  MITHRIDATE |  NAVARRE |  NNB |  OSCAR BUCKMASTER |  PEARL HARBOUR |  RESISTANCE EST |  RESISTANCE FER |  RESISTANCE PTT |  ROGER BUCKMASTER |  ROY |  SAINT JACQUES |  SAMSON |  SHELBURN |  SR KLEBER |  SSMF TR |  SUPER NAP |  SUSSEX |  SYLVESTRE BUCKMASTER |  TRANSMISSION ACTION |  TURMA VENGANCE |  THERMOPYLES |  VENGEANCE |  VENGEANCE (Eure) |  ZERO FRANCE

Qu’entend-t-on par France Libre ?

            La France Libre trouve son origine dans l’Appel lancé le 18 juin 1940 à Londres par le général de Gaulle, invitant les Français à poursuivre le combat militaire contre l’Allemagne aux côtés de leurs alliés britanniques.

 

 

(…) « L’honneur, le bon sens, l’intérêt de la Patrie, commandent à tous les Français libres de continuer le combat, là où ils seront et comme ils pourront.

(…) Moi, Général de Gaulle, j’entreprends ici, en Angleterre, cette tâche nationale.

J’invite tous les militaires français des armées de terre, de mer et de l’air, j’invite les ingénieurs et les ouvriers français spécialistes de l’armement qui se trouvent en territoire britannique ou qui pourraient y parvenir, à se réunir à moi.

J’invite les chefs et les soldats, les marins, les aviateurs des forces françaises de terre, de mer, de l’air, où qu’ils se trouvent actuellement, à se mettre en rapport avec moi.

J’invite tous les Français qui veulent rester libres à m’écouter et à me suivre.

Vive la France libre dans l’honneur et dans l’indépendance ! »

Charles de Gaulle, Appel du 22 juin 1940

Les Forces militaires Françaises Libres sont créées au cours de l’été 1940 en Angleterre autour d’un petit noyau de 7.000 engagés volontaires évadés de France.

Longtemps dénommée « Résistance extérieure », la France Libre, conformément aux prévisions contenues dans l’Appel lancé par le général de Gaulle, va développer son assise territoriale à partir du ralliement des territoires de l’Empire colonial français qui se concrétise de manière fulgurante entre juillet et septembre 1940. En Afrique Equatoriale Française, Brazzaville devient pour un temps la capitale de la France Libre. Les engagements des civils et militaires en Afrique – dont une majorité de Tirailleurs -, des volontaires du Pacifique, et plus tard de Syrie à l’issue du combat victorieux contre les forces vichystes, viennent grossir les rangs des Forces terrestres de la France Libre. Les effectifs des FFL se chiffrent à environ 65.000 membres lors de leur dissolution le 31 juillet 1943.

A cette date les Forces Françaises Libres seront dissoutes, en conséquence de leur fusion avec l’armée d’Afrique du Nord placée sous les ordres du général Giraud. Ses membres continueront à se battre en Italie, dans les Débarquements de Normandie et de Provence, en Europe et sur le territoire national jusqu’au 8 mai 1945.

Les Forces Françaises Libres se composent d’unités combattantes, de réseaux de la résistance intérieure rattachés aux services secrets (BCRA), de services administratifs et de Comités de soutien dans le monde entier.

Les unités combattantes sont représentées par : les Forces terrestres de la 1ère Division Française Libre et celles du général Leclerc ; les Forces Aériennes Françaises Libres (FAFL) : Aviateurs et Sas Parachutistes ; les Forces Navales Françaises Libres (FNFL) : Marine Marchande et Marine de Guerre, Fusiliers Marins et Fusiliers Marins commandos.

Elles combattent sur tous les théâtres d’opérations « Air, Mer, Terre » de leurs Alliés Britanniques : les marins marchands et de guerre et leurs bâtiments ralliés à la France Libre participent à la Bataille de l’Atlantique, les aviateurs et la 1ère Cie de parachutistes et les Forces Terrestres accompagnent les combats du front du Moyen-Orient, particulièrement en Libye (Koufra et Bir Hakeim) jusqu’à la Bataille d’El Alamein, puis en Tunisie d’où l’Afrika Korps de Rommel vaincue se repliera en Europe en mai 1943. Le général de Gaulle ne cessera juqu’en 1943 de se porter au devant de ses troupes  terrestres sur les théâtres d’opérations ou de passer en revue ses volontaires marins et aviateurs en Angleterre.

La ténacité, la valeur au combat et les victoires des FFL participeront de manière décisive à la reconnaissance militaire de la France Libre dans le monde entier après la Bataille, suivie de la Résistance et de la Sortie de Bir Hakeim en juin 1942.

Les Havrais Français Libres

De 530 Français Libres du Havre identifiés en 2017, les effectifs recensés se montent aujourd’hui à 622 (recensement en cours dans l’Annuaire).

Sans surprise, du fait de la vocation maritime et portuaire du Havre, les membres des Forces Navales Françaises Libres représentent plus de la moitié des FFL (340) :  ils se trouvent déjà enrôlés dans les rangs de la Marine nationale ou de la Marine Marchande au Printemps 1940. Ils rejoignent la France Libre individuellement (évasions) et le plus souvent collectivement, à la faveur du ralliement de leurs équipages. A noter le ralliement significatif de bâtiments de la Compagnie générale Transtalantique, tel le paquebot  L’Ile de France, et des Messageries Maritimes, tels les paquebots Cuba et Félix Roussel, ainsi que de très nombreux cargos.

Sous pavillon FNFL, les Marins marchands participent au convoyage de matériel, équipements et troupes à travers l’Atlantique ou vers l’Afrique. Ceux de la Marine de Guerre qui servent à bord de sous-marins, contre torpilleurs, frégates et corvettes, et sont principalement engagés dans la Bataille de l’Atlantique Nord jusqu’en 1944 puis aux opérations de Débarquement en Normandie. Certains participent au ralliement de territoires vichystes comme Saint Pierre et Miquelon (1941) ou l’ile de la Réunion (1942). Tous sont soumis au harcèlement des U-Boats allemands et de nombreux Havrais disparaissent dans les torpillages de leurs unités.

Les Fusiliers Marins du BFM puis du RFM présentent la particularité de compter dans les effectifs de la 1ère DFL avec laquelle ils combattirent de bout en bout entre 1941 et 1945, notamment dans la Bataille de Bir Hakeim au printemps 1942.

Le Havre compte 17 Havrais, soit 10 % de l’effectif des Fusiliers Marins Commandos du Commando Kieffer : beaucoup servent d’abord la Marine FNFL avant de faire le choix des commandos, et sont formés en Ecosse et au Pays de Galles en vue du Débarquement qui se réalisera à Colleville sur Orne le 6 juin 1944. Certains d’entre eux poursuivirent la guerre jusqu’aux Pays-Bas.

Les Forces Terrestres de la 1ère Division Française Libre et de Leclerc rassemblent plus de 82 membres. Certains Havrais de la 1ère DFL sont engagés dès 1941 contre les forces Italiennes Erythrée et l’armée de Vichy en Syrie, puis ils combattent avec les Britanniques contre les forces italo-allemandes sur le front du Moyen-Orient et en Libye. La Force Leclerc de son côté se concentre sur la remontée depuis le Tchad vers la Tunisie, affrontant victorieusement les garnisons italiennes dont celle de Koufra en mars 1941. Les deux grandes unités feront leur jonction en Tunisie où elles se préparent au Printemps 1944 aux campagnes d’Italie et du Débarquement de Provence pour la 1ère DFL, et à la constitution de la 2e DB pour la Force Leclerc.

Les Forces Aériennes Françaises Libres sont représentées par 35 aviateurs et parachutistes. Les futurs pilotes de chasse ou de bombardier suivent en Angleterre l’exigeante formation de la RAF au cours de laquelle certains havrais perdront la vie à l’entrainement. Des Aviateurs sont envoyés dès l’automne 1940 en Afrique dans les premières escadrilles des FAFL qui interviendront notamment en appui de l’opération de Leclerc à Koufra en mars 1941. Devenues Groupes de bombardement Lorraine et Bretagne et Groupe de chasse Alsace, elles rejoignent l’Angleterre en 1942 et sont engagées en 1943 dans des missions sur la France et la Hollande qui ciblent des centrales électriques, des gares de triage et divers autres objectifs. Elles appuieront les opérations du Débarquement de Normandie en 1944. La mémoire du Pilote de chasse Jean Maridor demeure vive encore aujourd’hui de l’autre côté de la Manche et dans notre cité, notamment à travers l’Aéroclub du Havre qui porte son nom.

Parmi les six membres des Sas Parachutistes, qui tous suivirent leur formation initiale à Ringway en Angleterre, certains seront engagés dans les commandos de la 1ère Compagnie de Chasseurs Parachutistes du Capitaine Bergé qui opère en 1942 en Egypte et en Libye dans les lignes allemandes. D’autres intègrent en 1943 la 1ère Compagnie de l’Air en Angleterre et seront engagés au sein du 2e Régiment de Parachutistes (RCP) qui débarque en Bretagne en juin 1944 et porte appui aux maquisards, notamment lors de la Bataille de Saint-Marcel.

10 femmes et 1 homme ont servi l’Administration des FFL ou des FNFL et une dizaine de personnes furent membres de Comités de la France Libre à travers le monde :  aux USA, en Amérique du Sud, à Tahiti et en Nouvelle-Calédonie.

135 Havrais ont rejoint les rangs de la Résistance Intérieure de la France Libre, principalement affiliés au Havre aux réseaux de renseignement Saint Jacques, Marathon et CND Castille.

16 Compagnons de la Libération membres des Forces Françaises Libres sont liés au Havre. Le nom de 14 d’entre eux, natifs du Havre, figure sur la stèle des Compagnons havrais, Place Charles de Gaulle.

Parmi eux, certains ont exercé des fonctions importantes au sein des unités combattantes de la France Libre : le général Paul Legentilhomme, le lieutenant-colonel Jean-Claude Laurent-Champrosay et le chef de Bataillon Henri Amiel.

Les deux derniers témoins des FFL du Havre sont en 2021 Pierre Loquet (ancien de Leclerc) et Paul Leterrier (ancien du RFM et de Bir Hakeim).

La Délégation Le Havre de la Fondation de la France Libre, membre du Collectif Havrais en Résistance(s) a pour présidente Françoise Amiel-Hébert. Elle représente la France Libre lors des cérémonies patriotiques et commémore l’Appel du général de Gaulle et la mémoire des Havrais FFL lors de la cérémonie annuelle du 18 juin.

A noter : certaines notices individuelles très synthétiques des FFL de l’Annuaire orientent vers les biographies documentées du site internet de la Délégation FFL, dédié aux Français Libres et Compagnons de la Libération havrais depuis 2015 et /ou, le cas échéant, vers le Livre ouvert des FFL.

Sources

Enseigner la Résistance, sous la direction de Laurent Ozou et de Tristan Lecoq. Canopé Editions, 2016.

L’Odyssée Air Mer Terre 1940-1945 des 500 Français Libres du Havre. Florence Roumeguère, Association des Anciens et Amis de la France Libre du Havre, 2017.

Site internet des Compagnons et Français Libres du Havre https://compagnonshavrais.jimdofree.com/

 

Liste des différentes unités DFL
Cliquez sur une unité pour afficher les resistants ayant appartenu à l’unité concernée

1ere DFL |  Administration |  Aéronavale |  Comités |  Commando Kieffer |  FAFL |  FNFL |  FTGB |  Leclerc |  Santé |  Sas Parachutistes |  Résistance Intérieure

                  En conclusion de ce panorama des forces actives de la Résistance havraise, il est important de rappeler le processus politique par lequel, parallèlement aux combats, l’unification de la Résistance  au niveau national parvint à remplir pleinement les objectifs poursuivis par ses différentes composantes : mettre fin à l’Occupation, au régime collaborationniste de Vichy, et faire reconnaitre par les Alliés un gouvernement français légitime, apte à reconstruire le pays sur des bases républicaines et démocratiques.  

De la France Libre au Conseil National de la Résistance 

Progressivement, l’ambition du général de Gaulle sera d’accompagner le refus de la défaite d’une structure politique à vocation gouvernementale, reconnue comme telle par les Alliés de manière à ce qu’au jour de la Victoire, la France ne soit pas seulement un pays libéré mais un authentique vainqueur.

L’ordonnance du 24 septembre 1941, véritable « constitution » de la France Libre, organise le fonctionnement du pouvoir en son sein et crée un Comité National Français, le CNF. Cette structure demeura pratiquement inchangée jusqu’à la constitution en juin 1943 du Comité Français de la Libération Nationale (CFLN).

De patriote au départ, le mouvement gaullien évolua sous l’influence des Républicains de Londres, des politiques démocrates- chrétiens, et l’imprégnation des réflexions anglo-saxonnes proclamant le caractère idéologique du conflit et la nécessité de restaurer les principes démocratiques.

Le rapprochement avec les Résistants de l’Intérieur, souvent des hommes de gauche, qui s’affirme au début de 1942, va confirmer ce plein ralliement de la France Libre à la République.

Le rapport de juillet 1942 de la commission de réforme de l’Etat, co-présidée par René Cassin et le socialiste Félix Gouin, retient la pleine restauration des principes républicains à la Libération et avance une série de propositions audacieuses comme le vote des femmes, l’abaissement de la majorité à 18 ans, la sécurité sociale, le statut de la presse,… Repris et précisé à Alger, ce rapport donnera matière aux grandes ordonnances de 1944.

L’âpre combat politique que conduit le général de Gaulle depuis 1940 pour incarner un Etat français légitime prend un tournant décisif après le Débarquement américain en Afrique du Nord en novembre 1942.  Les Américains lui sont hostiles et soutiennent le général Giraud, son adversaire politique.

Grâce à l’action de Jean Moulin, l’unification de la Résistance Intérieure se concrétise le 27 mai 1943 avec la création du Conseil National de la Résistance – CNR : il va constituer un atout majeur pour de Gaulle face au général Giraud.

Jean Moulin – Maitron

Après une période de transition où l’Afrique française du Nord était restée partiellement soumise au régime de Vichy, la création du Comité Français de Libération Nationale – CFLN, le 3 juin 1943 entérine la fusion des deux autorités françaises engagées du côté allié : le Comité Français National de Londres dirigé par le général de Gaulle et le commandement en chef civil et militaire d’Alger, dirigé par le général Giraud. Cet organisme gouvernemental est dirigé d’abord par les deux hommes, puis de facto par le seul général de Gaulle à partir d’octobre 1943.

Le CFLN à Alger

Le 2 juin 1944 à Alger, le CFLN, organe politique issu de la Résistance intérieure et extérieure, prenait le nom de Gouvernement provisoire de la République française – GRPF, quelques jours avant le débarquement en Normandie.

Il considéra « illégitime, nul et non avenu » le régime de Vichy qui s’acheva le 20 août 1944, par l’exil du maréchal Philippe Pétain pour l’Allemagne avant son arrestation le 26 avril 1945.

Après la libération de Paris, le GPRF s’installe le 31 aout 1944 dans la capitale et gouverne la France jusqu’à l’adoption d’une nouvelle constitution. Jusqu’à ce que la fonction de président de la République française soit recréée, le chef du GPRF exerça de fait une charge équivalente à celle de chef de l’État.

Lors de la signature de l’acte final à Berlin de la capitulation allemande le 8 mai 1945, le feldmarschall Keitel ne put retenir cette phrase lourde de sens : « Quoi ? Les Français aussi ! ». Cette réaction soulignait combien la présence française n’était pas attendue et combien elle resta une victoire diplomatique du général de Gaulle.

La présence française à Reims et à Berlin au titre de témoin signataire assura au pays une place de choix dans le camp des vainqueurs, reconnaissant par là même la participation de l’armée française en reconstruction à la libération de l’Europe occidentale.

Ainsi la France, représentée par le général de Lattre de Tassigny, était-elle signataire de l’acte final de capitulation au même titre que l’URSS, les États-Unis et la Grande-Bretagne.

Le général de Gaulle déclare à la radio : « La guerre est gagnée. Voici la victoire. C’est la victoire des nations unies et c’est la victoire de la France ».

Nous rencontrer

Par mail ou à travers le formulaire dédié

contact@havrais-en-resistance.fr

    Contact