Annuaire des Havrais en Résistance(s)

Droits réservés
Photos


TSIRITCH Svétisav

Chronologie : 1941

Statut : 
  • FFI
Groupes : 
  • Vagabond Bien Aimé
Zones d'action: Le Havre ; Sainte Adresse

Date de naissance: 30/10/1890  à Nisch (Serbie)

Parcours dans la résistance :
 

Né le 30 octobre 1890 à Nisch (Serbie), Svétisav TSIRITCH dit "Le vagabond Bien Aimé", passionné de mécanique, arrive à Liège en Belgique a l'âge de 20 ans pour se perfectionner dans le métier de mécanicien-auto.

Quand la grande guerre éclate, il s'engage dans l'Armée belge et participe à la bataille de l'Yser où il gagne ses galons de lieutenant et la croix de l'Ordre de Léopold, l'équivalent de la Légion d'Honneur, la médaille de l'Yser et la médaille Interalliée..

Avec l'Etat-major royal en exil, il arrive fin 1914 au cap de la Hève où il est affecté à " l'hôpital des Autos belges". ll trouve un logement modeste dans une petite rue de Sainte Adresse au-dessous du bois Marande.

La paix revenue, il épouse la fille de sa logeuse et crée son garage au Havre, 4 bis rue de Sainte Adresse (Apsa).

Son ami Paul Crochemore qui participe au Groupe Vagabond Bien Aimé dès 1941 le met en relation les jeunes Jean Langlois et Louis Pellerin qui recherchaient un cadre expérimenté pour diriger leur groupement. Svetisav Tsiritch  en devient officiellement le chef en janvier 1942, à la tête d'une cinquantaine d'hommes.

Comme il connaît les horreurs de la guerre - celles de 1914 et surtout les guerres balkaniques qu'il a subies dans sa jeunesse- , il donne d'emblée cette instruction à ses hommes : "on ne tire pas sur les soldats Allemands pour éviter que des innocents soient victimes de représailles " (Apsa).

Il se dépense sans compter comme le relate le récit " La Guerre en veston" : " Chef d'une équipe de jeunes garçons : cable coupés, dépôts incendiés, véhicules sabotés, tracts imprimés, relevé de plans de fortifications, liaisons avec les Alliés, réseau de retraite des réfractaires jusque dans l'Orne et l'Eure, confection et remise de papiers aux prisonniers évadés".

Il se consacre ensuite à la propagande clandestine du Groupe notamment à travers le journal Le Patriote.

Le 18 aout 1942, son Groupe s’engage dans une vaste entreprise de sectionnement de cables à Harfleur, la Brèque, Rouelles et le Havre, afin d’isoler Le Havre.

Cette opération, selon le dossier d’homologation du Groupe, aurait été en rapport avec le Raid sur Dieppe survenu le lendemain : TSIRITCH étant en contact avec le membre d’une autre organisation de résistance au courant de l’opération sur Dieppe, qui lui aurait ainsi donné l’ordre de couper les communications des forces allemandes au Havre.

Soupçonné, il est arrêté une première fois par la Gestapo, mais relaché faute de preuves. Imperturbable, Svétisav TSIRITCH pointait chaque semaine à la sous-préfecture en qualité d'étranger, comme en témoigne sa carte d'identité retrouvée par l'Apsa.

En janvier 1944, devant le refus d'un imprimeur de sa connaissance de le laisser utiliser son matériel pour le tirage du Patriote, il fait une empreinte de la serrure et la magasin est dès lors utilisé avec succès par les Vagabonds...

Selon le récit de La guerre en veston, ce sont 73.390 tracts, 29.250 communiqués militaires en tirage hebdomadaire, et 30.180 journaux en 22 numéros mensuels (1370 par tirage) qui auront été diffusés tout au long de la période de l'Occupation.

En août 1944, Svestisav Tisritch  est de nouveau arrêté, menacé de la déportation et relâché de nouveau. Souffrant d'angine de poitrine, il est très affaibli et se sait condamné.

Début septembre 1944, le VBA dispose de 67 hommes qui se préparent au combat.

Le 5 septembre, une quinzaine d’hommes rejoint le Grand Théâtre avec pour mission de protéger l’usine électrique que les Allemands pourraient faire sauter. Mais le bombardement du 5 septembre atteint de plein fouet le Grand Théâtre, faisant 3 blessés et  7 tués dans les rangs du Vagabond Bien Aimé : Pierre Antier, Maurice Blanquet, François Chenel, Robert Groult, Georges Leixa, Lucien Merel et Bernard Omont.

Svétisav TSIRITCH aura le temps de connaître la Libération et de participer aux violents combats de Sainte Adresse et des Quatre Chemins. Il participe ensuite à l'Aide aux sinistrés et ravitaille pendant près d'un mois la population de Sainte Adresse grâce aux stocks alimentaires de la Wermacht.

Il assiste à la visite du général de Gaulle au Havre en octobre 1944, avant de décéder au Havre le 27 novembre 1944. Une cérémonie officielle de La Ville de Sainte-Adresse fut organisée pour ses obsèques.

Il a été inhumé au cimetière de Sainte Adresse.

Deux semaines plus tard, son épouse recevait son dossier de naturalisation.

Svétisav TSIRITCH a été homologué FFI.

Distinction : Médaille de la Résistance française à titre posthume (1947).

Mémoire : rue, impasse et Bois du Vagabond Bien Aimé à Sainte Adresse.

Variante d'état-civil relevée dans les sources : prénom Svétislav (Shd).

Historique du Vagabond Bien Aimé sur le site des FFL du Havre 


Décorations : 
Médaille de la résistance

Service Historique de la Défense (SHD) : 
Vincennes : GR 16 P  579782
Caen: 

Archives du collectif : 
La guerre en veston : Archives VBA (D. Fouache) - La Résistance au Havre de 1940 à septembre 1944. Rodrigue Serrano, mémoire de Maitrise, Université de Rouen, 1999 (JH Caillard) -
Archives municipales : 
Cote 94Z155 - Cote Bio19 - Cote groupement Tsiritch cote 40 Z1 - Cote 40Z4 et cote 40Z5- Cote COM 111 Sainte Adresse secrète. 2016 - Cote AD3142 (PER 228 Le Havre martyrisé. Le Havre infos 22/01/2015)

Bibliographie :  Cité dans : Le promeneur des non-lieux, Claude Malon, Edition des falaises, 2020 -Alain Guérin, Chronique de la Résistance, éditions France Loisirs, omnibus, Paris 2000 - De la résistance au rétablissement de la légalité républicaine en seine inférieure. Michel Baldenweck. Delattre éditeur, 2017 - Sainte Adresse secrète. Association pour le Patrimoine de Sainte-Adresse (APSA), 2016.


Crédit Photo de la notice :  Droits réservés


Telecharger la notice individuelle de Résistant (PDF)

Fiche mise à jour le:  10/07/2021

Cette fiche n'a pas de commentaire

    Nous rencontrer

    Par mail ou à travers le formulaire dédié

    contact@havrais-en-resistance.fr

      Contact