Annuaire des Havrais en Résistance(s)


Photos


BEAUMONT de Claude Fernand

Chronologie : 1941

Statut : 
  • FFI
Groupes : 
  • France Avant Tout
  • U55
Zones d'action: Le Havre , Montivilliers , Seine et Oise

Date de naissance: 29/01/1922  à Sanvic (76)

Parcours dans la résistance :
 

Né à Sanvic le 29 janvier 1922, Claude de BEAUMONT dessinateur de profession, était domicilié au 7 de la rue Auguste Dolfus au Havre, avec son épouse et son enfant.

En janvier 1941, il est à l’initiative de la création du Groupement U55, dit de Montivilliers, avec Henri Le Chossec et Marcel Cahard, groupement qui comptera jusqu’à 44 membres en avril 1944.

Ce groupement aura permis

- la création de 350 cartes d’identités et faux papiers,

- la diffusion des tracts et journaux clandestins (Le patriote, Le front national, Heure H), et notamment aux Ets Caillard, par Claude de BEAUMONT

- l’organisation des ralentissements de production aux Ets Caillard sous l’action directe de Claude de BEAUMONT

- l’hébergement, le ravitaillement et le placement des réfractaires au travail

- le renseignement sur les ouvrages militaires ennemis

- les opérations de sabotage (futs d’essence percés dans les dépôts allemands de Montivilliers en juillet 43 sous l’action de Claude de BEAUMONT- perte de 1500 litres-)

- nombre d’enquêtes sur la Gestapo allemande

- la constitution de dépôt d’armes

- la construction de chaines vers les maquis

En décembre 1941 Claude de BEAUMONT quitte Le Havre pour Persan-Beaumont (Seine et Oise), espérant nouer des contacts avec la résistance parisienne. Il entre aux établissements Benoto en tant que traceur où il effectue ses premiers actes de sabotage.

Fin janvier 1942, il doit quitter précipitamment l'usine suite à l’alerte donnée par l’agent de contrôle allemand et l'un des contremaitres, après avoir saboté le traçage de 200 linguets, en cours de montage, et destinés aux tanks Renault de dépannage utilisés par la Wehrmacht.

En février 1942, Claude de BEAUMONT revient alors au Havre et entre aux Etablissements Caillard en tant que dessinateur, tout en poursuivant ses actions de résistance au sein de son groupement U55.

Il crée  le groupe « Caillard » dont faisaient partie André Delacotte, Félix Dosjoub, Emile et Jean Lejeune, Auguste Lepiller, Jean Loisel, André Tabare et Henri Thibault.

Il est arrêté et détenu quelques jours à la prison du Havre alors qu'il avertissait les consommateurs dans les cafés de l'imminence d'une rafle dans le quartier de Tourneville.

Relâché, il participe avec André Delacotte et Jean Lejeune au sabotage de la production dans les établissements Caillard : plans et fiches de travail volontairement égarés et propagande pour le ralentissement de la production.

En juin 1943, Claude de BEAUMONT reçoit sa feuille de réquisition pour l'Allemagne et se réfugie à Montivilliers, 43 rue Frédéric Deschamps. Il prend alors l’identité de Claude Brissac.

En septembre 1943, il collecte des renseignements avec Louvel sur les ouvrages allemands de la rue Félix Faure. A cette même époque, il entre en contact avec Jean Robinet, chef du Groupe Robinet au Havre qui fusionnera avec l’U55 en avril 1944 pour prendre le nom de « France Avant Tout ». Ils commencent leur recrutement, et organisent des sections composées de trois groupes de cinq hommes.

En octobre 1943, Claude de BEAUMONT est arrêté au café Marzin au Havre, alors qu'il venait de remettre de fausses cartes d'identité à Jean Lejeune. L'inattention d'un soldat allemand lui permet de s'échapper de l'Hôtel d’Angleterre rue de Paris (feldgendarmerie) où il avait été conduit.

En décembre 1943, il gagne Paris et se cache chez un prisonnier de guerre évadé, juif, Maurice Koszack. En effet, suite à une dénonciation à l’occasion d’une enquête sur la découverte de faux papiers, Claude de BEAUMONT était recherché par la Gestapo.

Le groupe se met alors en veilleuse jusqu’à ce que de BEAUMONT ne revienne au Havre courant février 1944.

Il se réfugie alors chez son ami Charles Duccoridor 114 rue de la Cavé Verte ; à cette adresse, " les deux hommes ont un dépôt d'armes et d'explosifs dissimulés chez la voisine, veuve d'un employé de commerce"(Claude Malon).

En avril 1944, et suite à la fusion des deux groupements, U55 et ROBINET, « France Avant Tout » se sépare en deux secteurs FFI, celui du Havre et celui de la région de Montivilliers ; Claude de BEAUMONT prend celui du secteur de Montivilliers (Secteur U55) et  Jean ROBINET conserve celui de son mouvement historique. Ils vont dès lors se préparer aux combats de la Libération.

En juin 1944, Claude de BEAUMONT se réfugie Avenue de Beaulieu à Harfleur. Il  reprend alors des activités d'enquête avec Leroux sur François Schott, de la Todt d'Harfleur.

Claude de BEAUMONT conduira la section FFI de Montivilliers en 1944 avec le grade de Lieutenant. Il dirige de ses renseignements et de ses conseils l'attaque des Alliés qui le nomment commandant de la place de Montivilliers.

Il a été homologué FFI avec le grade de lieutenant n°21088.

Distinctions : citation comportant attribution de la Croix de Guerre avec étoile d’argent à l'Ordre de la Division signée du général de corps d'armée Pierre-Marie Koenig, commandant en chef français en Allemagne, ex- Commandant des FFI : "Excellent chef de groupement de résistance et organisateur de 1ère classe, a reçu la mission de rallier toute la résistance et les FFI du canton de Montivilliers et de la région en juin 1944 et de ce fait, a été nommé chef de secteur. Chef d'une bravoure et d'une témérité incomparable a attaqué sans relâche et malgré l'intensité de feu de l'ennemi, les éléments Allemands assurant la défense de Rolleville, Epouville, Montivilliers, Gournay et Harfleur. Toujours à la tête de ses hommes, a obligé les Allemands soit à se rendre, soit à se replier sur les Ardennes, Mont-Gabert, Fontaine la Mallet, libérant ainsi son secteur et faisant plusieurs centaines de prisonniers. A établi la liaison avec les forces Alliées et les FFL et les a assistés en fonction de ses moyens. A aidé à la tête de ses hommes, et dirigé par ses conseils et ses renseignements l'attaque anglaise sur le champ retranché du Havre, marquant le plus profond mépris de la mort. En récompense de son action a été nommé par les Alliés commandant de la place de Montivilliers. Cette citation comporte l'attribution de la Croix de guerre avec étoile d'argent" .

Claude de BEAUMONT est décédé au Havre le 17 novembre 1997. Il a été inhumé au Cimetière Nord ( Division : 08
Rang : V Emplacement : 03)

Notice F. Roumeguère mise à jour par Catherine Vincent Vincent d'après le dossier GR 16 P 161649 (archives Jean-Hugues Caillard)


Carte du Combattant Volontaire de la Résistance (CVR): 26/05/1954

Service Historique de la Défense (SHD) : 
Vincennes : GR 16 P 161649
Caen: 

Archives départementales : 
3868 W
Archives du collectif : 
GR 16 P 161649 (archives Jean-Hugues Caillard) - La Résistance au Havre de 1940 à septembre 1944. Rodrigue Serrano, mémoire de Maitrise, Université de Rouen, 1999 (JH Caillard) - Historique U55 (D.Fouache) - Fichier CVR ADSM (M. Baldenweck) - Archives FFI Cie de Montvilliers (D.Fouache)
Archives municipales : 
Cote GUE099 (Résistants de l'ombre…)

Bibliographie :  Cité dans : Le promeneur des non-lieux, Claude Malon, Edition des falaises, 2020 (pages 222-224)


Telecharger la notice individuelle de Résistant (PDF)

Fiche mise à jour le:  20/07/2021

Cette fiche n'a pas de commentaire

    Nous rencontrer

    Par mail ou à travers le formulaire dédié

    contact@havrais-en-resistance.fr

      Contact