Annuaire des Havrais en Résistance(s)


Photos


LEPILLER Auguste Louis Ernest

Chronologie : 1941

Statut : 
  • FFI
FTP : 
  • FTP
Zones d'action: Le Havre , Sainte Adresse

Date de naissance: 21/08/1891  à Le Havre (76)

Parcours dans la résistance :
 

Né le 21 août 1891 au Havre, domicilié à Sainte Adresse, Auguste LEPILLER, alias Père Piller, était membre du groupe Caillard et par ailleurs membre de la Défense passive.
Il opère de premiers sabotages le 1er février 1941 à la faveur d’une réquisition par la Mairie de Sainte-Adresse aux batteries de la Hève en sectionnant des câbles .

Il rejoint les FTP en septembre 1943 en tant que membre du 4e groupe de la 1ère section de réserve (Marcel Lancelot chef de section) de la Cie FTP du Havre commandée par Bernard Catel.

Le 2 février 1944, il participe au sabotage d'un canon à l'Orphelinat de Bléville , tel qu’il le relate : « …Effectuant un ordre de réquisition de la mairie de Bléville à l’orphelinat de Bléville et n’étant pas accompagné, je pouvais circuler assez librement dans les lieux. Ayant remarqué sous le préau des boches étant en train de démonter un canon, à midi, les pièces n’étant pas remontées, j’ai réussi à leur en soustraire une en bronze, dont je suppose être un support d’appareil de pointage. L’ayant dissimulé sur mon estomac, suis parti au nez et à la barbe des sentinelles, j’avais eu la précaution de laisser ma boite à outils dans un coin ; à 2 heures au retour, ils m’ont tombé dessus, je me suis défendu que je n’avais rien emporté, d’ailleurs ma boite étant restée là, après l’avoir vidée et n’ayant rien trouvé, m’ont laissé tranquille, j’en ai été quitte pour finir mon travail avec 2 sentinelles. P.S : je tiens cette pièce à la disposition du contrôle .»

En octobre 1943, le capitaine Legris (non identifié) lui avait donné l’ordre d’organiser la résistance de Sainte Adresse en repérant les hommes susceptibles d’être embrigadés. : « Aussitôt le débarquement, j’ai formé 3 groupes de 9 hommes, ce qui constituait ma section ». En juin 1944, il est donc chef de la 3e section de la Cie de FTP du Havre.
En juillet 1944, il participe avec Raymond et Robert Jacoby au sabotage de quatre camions allemands au garage Jacoby route d'Octeville. Le 15 août 1944, il est chef de la 3ème section de la Compagnie FTP du Havre commandée par Maurice Moyon.

Actions de la section Lepiller dans la Libération du Havre :

- 11 septembre 1944 : attaque à la grenade et à la mitraillette du plateau des Phares et de la chapelle Notre Dame des Flots à Sainte Adresse puis attaque de la CIM au parc de la Hève. Auguste Lepiller raconte : les chars sont signalés sur la route d’Octeville, me suis porté à leur rencontre avec plusieurs hommes. Pendant que mes chefs de groupes rassemblaient le reste, ai fait passer les chars aux endroits non ruinés, jusqu’au plateau des phares. J’ai pris contact avec Tsiritch, le chef du V.B.A. (Vagabond Bien Aimé), coup de feu aux phares pour la prise de la C.I.M. Le bilan est de 1 tué, 1 blessé et 90 prisonniers. « Dans la soirée, je reçus l’ordre de nettoyer les abris du bas de Sainte Adresse et de poster des sentinelles aux endroits minés, en cas de descente des chars vers Le Havre. Ayant exécutés ces ordres et la bagarre s’étant calmée vers 2 heures du matin, je rentrais chez moi lorsque, au coin de la rue des Phares, je me trouve nez à nez avec un boche en armes, lui ai mis revolver sous le nez lui ai pris son fusil et l’ai conduit dans ma cave car en ce moment, j’étais seul et l’ai gardé à vue de crainte qu’il n’alerte ses copains. Mon fils Pierre rentrant peu après, l’avons fouillé et gardé le reste de la nuit. Aussitôt le petit jour, mes hommes étant arrivés, l’avons conduit au carreau où justement les prisonniers de la nuit descendaient.

12 septembre 1944: nettoyage des casemates de Sainte Adresse, de Saint Barthélémy et du Nice havrais : « Ai reçu l’ordre d’un officier Ecossais de faire le nettoyage des blockhaus de Ste adresse jusqu’à St Barthélémy, champs d’aviation compris, avec une partie de la section, le reste accompagnait les prisonniers conduits à Fontaine: 2 soldats Ecossais nous accompagnaient dans cette mission, toutes les casemates étaient vides de boches, lorsque vers 4 heures du soir nous nous trouvions à proximité du blockhaus du Pain de sucre, nous avons été reçus à coups de mitrailleuses : 2 tués : Robert Jacoby , faisant partie de la section, et un jeune de Sanvic. N’ayant pu nous approcher, nous sommes redescendus avec les morts. Dans la soirée avec 4 camarades nous sommes remontés à ce blockhaus et réussi à nous en approcher, et malgré plusieurs grenades lancées dans la porte, n’avons pu la fracturer. Ayant trouvé 4 bidons d’essence, les avons vidés dans cette porte et y avons mis le feu, l’essence s’étant déversée à l’intérieur, une épaisse fumée sortait des tubes d’aération. La nuit étant venue et étant fourbus, avons décidé de remettre cela au lendemain matin ».

Le 13 septembre 1944, la section Lepiller remonte à l’attaque : « Je suis remonté au blockhaus avec plusieurs hommes, y avons été reçus à coups de mitrailleuse : 1 homme blessé grièvement au bras, Ferrario Jérôme de la section. Ne voulant pas exposer mes hommes inutilement, j’ai signalé ce blockhaus au commandement et dans l’après-midi, celui-ci a envoyé plusieurs chars et quelques instants après, les boches se rendaient, ils étaient encore 180. Par la suite j’ai eu l’explication que nous n’avons pu les griller car le blockhaus était relié par un boyau souterrain aboutissant à plusieurs autres blockhaus ».

Auguste Lepiller a été homologué FFI. Il est décédé le 2 juin 1973 au Havre.

Rédacteurs : S. Baudouin


Service Historique de la Défense (SHD) : 
Vincennes : GR 16 P 363981
Caen: 

Archives du collectif : 
Archives FTP - FFI : témoignage manuscrit (D. Fouache) - Ordre de bataille du secteur FTP du Havre 41-44. Anacr, Maison des syndicats (P. Lebas)

Bibliographie :  Témoignage auprès de Claude Malon (JHC) - Communistes au Havre. Marie-Paule Daille-Hervieu PURH, 2009


Telecharger la notice individuelle de Résistant (PDF)

Fiche mise à jour le:  07/10/2022

Cette fiche n'a pas de commentaire

    Nous rencontrer

    Par mail ou à travers le formulaire dédié

    contact@havrais-en-resistance.fr

      Contact