Annuaire des Havrais en Résistance(s)

© fonds M. Herault/ HER
Photos


LAURENT Florimond Ferdinand Jules

Chronologie : 1942

Statut : 
  • FFC
  • DIR
Groupes : 
  • GRG-Morpain
Réseaux : 
  • L'HEURE H
Zones d'action: Le Havre , Sanvic

Date de naissance: 28/07/1908  à Le Havre (76)

Mort pour la France : 27/02/1945 à Nordhausen

Parcours dans la résistance :
 

Né au Havre le 28 juillet 1908, Florimond Ferdinand Jules LAURENT était policier municipal, secrétaire au commissariat de Sanvic et domicilié 78 rue de l'Orphelinat à Sanvic. Il était marié à Marcelle Petit et père de deux filles : Nicole née en 1937 et Monique, née en 1938.

En janvier 1942, recruté par Henri Chandelier au sein de L'Heure H, il est nommé sous-chef du groupe trentainier de Sanvic
Il est affilié en juin 1942 au réseau Hamlet Buckmaster en tant qu'agent P2, agent de renseignement, sous-chef de groupe, avec le grade assimilé de sous-lieutenant (à titre posthume).

Attestation de René Hamon (l’Heure H) : "Très actif agent de la Résistance, par sa profession de secrétaire de Police, il a délivré de nombreux faux papiers aux réfractaires du STO et prévenu beaucoup de ses concitoyens patriotes recherchés par les Polices des poursuites lancées contre eux, a rempli jusqu'à son arrestation par la Gestapo les fonctions de sous-chef du Groupe de Georges Maguin et assurait la formation paramilitaire de ses hommes. .

Florimond LAURENT est arrêté le 18 mai 1943 par la Gestapo à son bureau de Sanvic, devant ses collègues, pour aide à passages en zone côtière interdite, entrave à recrutement de main-d'œuvre pour l'Allemagne en falsifiant des dates de naissance, emploi de faux cachets et fausses signatures pour des fiches de démobilisation. Une perquisition à son domicile permet aux policiers Allemands de découvrir des armes et des munitions. Selon l'inspecteur sous-chef de sûreté à M. le Commissaire principal, chef de la Section judiciaire du Havre, il fut "arrêté ... sous l'inculpation "d'activité gaulliste", "détention d'armes, de tracts et confection de pièces d'identité dans des conditions anormales" (source : Fmd).

Florimond LAURENT est interné à la prison de Rouen puis celle du Fort de Romainville et du Cherche Midi à Paris. Les dernières nouvelles de lui que reçut son épouse cessent le 1er novembre 1943.

Il est déporté avec le statut NN (Nacht und Nebel) par le transport parti de la Gare de l’Est à Paris le 6 janvier 1944 en direction de Strasbourg. De là, des wagons cellulaires acheminent les déportés jusqu’à la gare de Rothau, puis des voitures cellulaires les conduisent au KL Natzweiler -Struthof le 7 avril, où Florimond Laurent reçoit le matricule 6849.
Le 19 avril 144, il est transféré à la prison polonaise de Wohlau en Silésie puis transféré en octobre 1944, semble-t-il sans jugement, au KL Gross Rosen (matricule 81635) et enfin au KL Dora (n° 227003).

Il est alors affecté au kommando Nordhausen, situé à quelques kilomètres du camp de Dora qui fonctionnait au service d'entreprises de la ville. Selon le Livre des 9000 déportés de France à Mittelbau-Dora : « Face à l’avance de l’Armée Rouge, les S.S. ordonnent l’évacuation de Norhausen le 8 février 1945 et les déportés sont acheminés vers Mittelbau Dora au cours d’un voyage de trois jours en plein hiver dans des wagons découverts et pratiquement sans ravitaillement. Florimond Laurent est immatriculé 11005 et semble avoir été enregistré comme géomètre. Très probablement malade, il doit entrer au Revier (mouroir) de Dora le 16 février et se trouve rapidement envoyé à la Boelcke caserne de Dora. C’est là que sont rassemblés les inaptes au travail de Mittelbau-Dora et des camps de l’Est évacués. Les conditions d’hébergement sont terribles, le ravitaillement notoirement insuffisant et les soins inexistants ».

Un camarade déporté du réseau Hamlet Buckmaster, Raymond Demoulins, témoigna avoir lu le nom de « Laurent » sur une liste d’hospitalisés à Dora, sans pouvoir confirmer qu’il s’agissait bien de lui.

Florimond Laurent est déclaré décédé le 27 février 1945 à Nordhausen

Il a été homologué FFC et DIR. Il a été reconnu Mort pour la France.

Distinctions : Médaille de la Résistance française à titre posthume (1950).
Son dossier à la DAVCC de Caen indique qu'il a reçu la Légion d'Honneur à titre posthume en 1950.

Il avait été cité à l’ordre du Régiment le 1er juillet 1940 : « a fait preuve lors des opérations de la VIIe Armée, du 5 au 24 juin 1940, de belles qualités d’entrain, d’endurance et de bravoure, en assurant dans des conditions particulièrement difficiles, toutes les missions qui lui ont été confiées ». Cette citation lui avait valu la Croix de Guerre avec étoile de bronze .

Mémoire : son nom est inscrit sur le Monument Résistance et déportation - Rue Florimont Laurent au Havre.

Documents annexés : Portrait de Florimond Laurent (Fonds Mauricette Hérault HER) - Photographie de la plaque de rue (F. Tocqueville)


Décorations : 
Légion d'honneurMédaille de la résistance

Service Historique de la Défense (SHD) : 
Vincennes : GR 16 P 342515
Caen:  AC 21 P 473 303

Archives du collectif : 
Archives B. Garin - Archives Hamlet Buckmaster (D. Fouache) - Fichier DIR Fndirp 76 (M Baldenweck) - Listing FMD (M. Baldenweck) - Liste 76 des Médaillés de la Résistance française (M. Baldenweck) - AC 21 P 473 303 (D. Fouache)
Archives municipales : 
Cote 94Z155 - cote 11527 - cote BIO10

Biographies : 
 Le livre des 9000 déportés de France à Mittelbau-Dora, 2020.
 

Bibliographie :  Une famille normande dans la tourmente nazie. Vie et mort du réseau de résistance Salesman. Brigitte Garin, Wooz éditions, 2020 - Il existe des documents dans la base de données Bad Arolsen.



Crédit Photo de la notice :  © fonds M. Herault/ HER


Telecharger la notice individuelle de Résistant (PDF)

Fiche mise à jour le:  17/11/2022

Cette fiche n'a pas de commentaire

    Nous rencontrer

    Par mail ou à travers le formulaire dédié

    contact@havrais-en-resistance.fr

      Contact